L'ENGAGEMENT DE LA FRANCE POUR L'ENVIRONNEMENT


En 2015, la France a été parmi les premiers pays à adopter le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies, qui établit 17 Objectifs de développement durable (ODD) visant à réduire la pauvreté, lutter contre les inégalités et protéger la planète. Ces ODD ont entraîné la création d’objectifs supplémentaires auxquels la France est également attachée, ayant trait au développement durable d’une manière générale. L’industrie française de l’événementiel joue sans aucun doute un rôle clé à ce titre.


La France, qui compte de plus en plus de villes sur la liste du GDS Index (indice mondial de durabilité des destinations), a fait d’énormes progrès dans le domaine du développement durable. Cet indice est une plateforme collaborative qui promeut la croissance durable des destinations par l’intermédiaire du partage des connaissances, du renforcement des capacités et du benchmarking. Le fait que la France a, au cours de ces dernières années, non seulement grandement amélioré sa stratégie environnementale des villes et ses infrastructures, mais aussi ses résultats en matière de durabilité sociale, de soutien aux fournisseurs de l’industrie, et de stratégie de ses Convention bureaux en dit long sur l’ambition et la démarche du pays à ce titre. Et les villes telles que Nantes, Lyon, Bordeaux ou Toulouse, qui ont rejoint le fameux indice GDS, en sont la preuve vivante.


Le gouvernement français, avec le secteur privé, a entamé une démarche vers la protection de l’environnement et le développement durable. En 2016 par exemple, le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer a lancé la GreenTech verte, un nouvel incubateur pour soutenir et accompagner 50 jeunes entreprises innovantes à développer 14 nouveaux services et applications au service des citoyens dans le domaine du développement durable. Dans le même temps, la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) pour 2011-2020 prévoit de faire de la France « un pays modèle de la restauration de la biodiversité », et a mis en place un grand nombre d’activités sur le plan national pour lutter contre la perte de la biodiversité. D’autres initiatives comme « Finance for Tomorrow » (La finance pour demain) s’engagent à faire de la France la capitale mondiale de la finance verte et durable.


Dans ce contexte, l’industrie française de l’événementiel surfe aussi sur la vague de la durabilité. Pour pouvoir améliorer la performance environnementale des événements d’entreprise, Atout France travaille par exemple en synergie avec l’Agence de la transition écologique ADEME afin d’amplifier la diffusion de la certification ISO20121, une norme internationale volontaire pour maîtriser l’impact environnemental des événements, parmi les destinations et les professionnels du secteur. De même, le nouveau pavillon français démontrera la capacité de la France à organiser des conférences et des congrès de n’importe quel type ou format lors de salons professionnels, ce qui témoignera de l’ambition du pays en matière de protection de l’environnement.


Des fournisseurs comme Viparis montrent aussi la voie. En 2014, l’entreprise a été le premier acteur dans le secteur de l’événementiel à recevoir la certification ISO20121 sur ses dix sites, et l'organisation de la COP 21, fin 2015, a confirmé sa capacité à accueillir des événements durables de grande échelle. En 2018, l’entreprise a franchi une étape supplémentaire avec Better Events Viparis 2030, un programme de durabilité et de respect de l’environnement qui couvre toute la chaîne de valeur. Quel est son objectif ? Réduire l’empreinte écologique de Viparis en proposant des solutions pour une mobilité plus douce, créer de nouveaux partenariats durables et innovants pour une pleine intégration de ses sites dans les territoires. Un exemple concret : la ferme urbaine de 14 000 m² située sur le toit du Pavillon 6 de Paris Expo à la Porte de Versailles, et qui proposera diverses activités à la fin de l’année.


Comme la Directrice générale de Atout France, Caroline Leboucher, le conclut : « Plus que jamais, l’exigence de développement durable est en train de devenir un objectif à court terme. Chacun doit agir au sein de son champ de responsabilités, car les défis sont nombreux, notamment la gestion de l’eau, la préservation de la biodiversité ou le réchauffement climatique, pour n’en citer que quelques-uns. Nous devons proposer des expériences durables à nos visiteurs, organisateurs et délégués, et nous devons soutenir nos nombreuses destinations dans leurs stratégies ambitieuses d’accueillir des événements majeurs de façon durable. Nous devons aussi encourager l’innovation dans le domaine du développement d’un tourisme durable. C’est sans aucun doute là que se situe notre avenir. »


Remi Deve, Rédacteur en chef, Boardroom Magazine


Articles sur des destinations françaises et le développement durable à lire en anglais ci-dessous